Autoportrait d’un artisan de la paix

Femmes et hommes de cœur

Durant la pause estivale,  je vous propose de revenir sur les dernières rencontres qui m’ont particulièrement marquée. Grand maîtres de méditation, thérapeutes, professeur de bonheur ou philosophe, chacune, chacun a sa manière singulière d’éclairer un chemin pour devenir plus humain.

Portrait d’un artisan de la paix

Cette semaine j’aimerais reparler du grand maître zen Thich Nhat Hanh et de son dernier livre La terre est ma demeure. Avec une simplicité désarmante, le grand maître zen nous rappelle la bonté du quotidien. Cette réalité où se cachent mille et unes sources de joie. Tay revient sur son passé révolutionnaire et sans concession, sur les douleurs traversées au Vietnam, pour lui et pour des milliers de réfugiés. Il raconte la guerre, l’exil puis les premières années en France, sa terre d’accueil. Sans le moindre ressentiment, il nous offre une belle leçon de vie.

Nous avons tous besoin d’une réserve d’expériences joyeuses pour nous aider à traverser les moments difficiles  écrit-il.

L’occasion de revenir sur l’entretien que j’avais mené en 2014 dans son ermitage du Sud-Ouest de la France.

Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau. Le miracle est de marcher dans l’instant présent sur la Terre verte… Ce n’est pas une question de foi ; c’est une question de pratique.

 

Partager

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *