En couple, le bonheur d’être pleinement présent

Au-delà des désaccords ordinaires

Je prends beaucoup de plaisir à regarder des comédies romantiques anglaises ou américaines… Mais de là à penser qu’elles sont la réalité de l’amour… La vraie vie commence à la maison ! Vivre en couple, par exemple, nous offre un champs d’expérience inépuisable. À condition d’abandonner le rêve au profit de la réalité. Le sens de la vie est peut-être d’apprendre à travailler honnêtement avec les obstacles – au-delà des désaccords ordinaires – plutôt que de se perdre dans la recherche d’un bonheur fantasmé.

Accueillir avec un certain tact

A chaque séance de méditation j’apprends à entrer en amitié avec moi-même. J’apprends à accueillir mes cotés sympathiques comme ceux moins plaisants qui font intégralement partie de mon être. Cette ouverture de fond, qui m’entraîne au tact, s’applique très vite aux autres. Et en premier lieu à ceux qui me sont chers. Si je fais l’effort de me mettre à l’écoute de la voix de mon aimé, j’évite d’appliquer trop vite mes jugements sur lui. La méditation m’aide en ce sens, puisqu’elle me rappelle de rester à l’écoute des autres et du monde.

Écouter le rythme, la tonalité de la voix de mon compagnon est une manière subtile et profonde d’entrer en relation avec lui.

Cette écoute évite de donner une importance disproportionnée au sens des mots prononcés sous le coup de l’émotion. C’est comme si nous donnions de la place à l’émotion au lieu de la fuir ou de la nier. Peur, angoisse, jalousie, colère peuvent nous entraîner bien loin de la vérité de notre cœur. Mais les accueillir sans jugement, en revenant à la présence, est un très bon antidote.

La méditation est aussi l’art de la délicatesse.

Manque d’amour ou manque de présence ?

La méditation nous fait découvrir des vérités étonnantes. Par exemple : être plus présente aux situations conflictuelles, loin de me faire souffrir davantage, m’aide à développer une forme de souplesse bienveillante. En premier lieu parce que je ne suis plus si attachée à l’idée d’avoir toujours raison. La pleine présence m’aide à me relier à la vérité de la situation et à en apprécier le côté comique parfois ! Au lieu de chercher des explications psychologiques, je regarde les choses telles qu’elles sont. Et j’agis à partir de là.

Pour être présente à mon conjoint, il suffit que je prenne un tout petit moment pour sentir le lien qui m’unit à lui, depuis tant d’années. Pour voir sa fragilité. Sa maladresse. Sa tendresse. C’est comme si cela remettait « les compteurs à zéro ». Est-il nécessaire d’être aussi brutal avec ceux que nous chérissons ?

L’amour a plus à voir avec l’attention qu’avec les émotions fortes.

Partager
  • 198
  • 25
  •  
  • 6
  •  

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.