Le philosophe qui médite

Avec Fabrice Midal, le philosophe qui médite.

J’ai rencontré Fabrice Midal pour la première fois il y a un peu plus de 10 ans, lors d’un séminaire de méditation qu’il dirigeait. J’avoue que lorsqu’il nous a parlé de Chrétien de Troyes et de l’esprit de la chevalerie je me suis trouvée « désarçonnée » mais aussi grandement soulagée. Si j’aimais la méditation, si j’avais envie de la pratiquer, je n’étais pas pour autant obligée d’adopter des coutumes asiatiques ou d’adhérer à un folklore – si beau soit-il – tibétain, japonais, chinois ou vietnamien !

Redécouvrir notre héritage

Fabrice Midal nous invitait au contraire – et à l’époque il était bien le seul – à nous approprier cette pratique en redécouvrant nos racines occidentales. De retour chez moi, je me mettais à la lecture de « Le chevalier à la charette » et découvrais la splendeur de la voie chevaleresque. L’année suivante Fabrice Midal invitait le philosophe Pierre Jacerme à venir enseigner à ses côtés. Et cette fois-ci c’est tout le monde grec qui s’ouvrait à nous, avec la découverte des Dieux de la Grèce et de l’impressionnant sens qu’ils donnaient à la présence. Ce que j’aime dans ce dialogue vivant entre notre héritage occidental et la méditation c’est qu’il nous invite à une meilleure compréhension de la pratique, loin de tout fantasme exotique ou de rêve déconnecté de notre réalité.

Méditation laïque

Aujourd’hui, la méditation est entrée dans les mœurs et sa laïcisation lui permet d’être acceptée par le plus grand nombre. Pour autant, il s’agit d’être prudent et de ne pas la réduire à un outil de plus au service de notre confort ou de notre… efficacité au travail ! Laïque ne veut en effet pas dire amputée de toute dimension spirituelle. La méditation n’est pas juste un remède de plus « pour aller mieux », elle est une pratique d’intelligence, elle nous met en relation avec l’essentiel de notre humanité, de notre vie, de notre finitude.

Comment la philosophie peut nous aider

Voici tout l’enjeu du livre que Fabrice Midal, docteur en philosophie, vient de publier « Comment la philosophie peut nous sauver, 22 méditations décisives ». Cet ouvrage articule clairement le lien entre la pensée et la pratique de la méditation.

Aujourd’hui la philosophie est considérée comme une intellectualisation et la méditation comme une forme de développement personnel. Ainsi tout le sens de la pratique est perdue et l’intelligence dévoyée. Il s’agit de rappeler à quel point la méditation n’est pas une affaire de confort personnel mais engage notre rapport au monde, et comment la philosophie n’est pas une connaissance culturelle mais une réelle pratique

déclare l’auteur.

Montaigne, un maître zen ?

C’est ainsi qu’avec précision, mais non sans humour, Fabrice Midal nous dresse un portrait de Montaigne en maître zen ou de Kant en Christophe Colomb, cet explorateur libéré des croyances et des conceptions toutes faites. Si nous voulons déployer la méditation en action, il est important d’en garder toute la profondeur afin qu’elle nous aide à devenir plus humain, à retrouver un équilibre sain, pour nous et pour notre monde.

Vous pouvez lire la chronique que j’ai écrite pour Le Monde des Religions dans le numéro 70  et pour regarder l’entretien vidéo c’est ici ! Bonne lecture.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.