La fin de la plainte

Quand l’esprit n’est plus occupé de ses soucis, de son savoir, de ses pensées ou de ses angoisses, il est prêt à inverser le présent… Il est tourné vers l’action au-dehors, il est donc prêt à toutes les formes de relations. Parce qu’il a cessé de se préoccuper et de se contempler, il ne perd plus rien de ses forces ou de son intelligence, il les économise pour les investir dans son rapport aux choses ou aux êtres, au monde.

François Roustang, La fin de la plainte

Hypnothérapeute, François Roustang est mort le 23 novembre dernier laissant derrière lui une œuvre d’une grande force et d’une grande humanité.

Partager
  • 120
  • 52
  • 2
  • 1
  •  

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.