Du silence, prescrivez-leur du silence !

Si j’étais médecin et qu’on me demandait mon avis sur les hommes je répondrais : du silence, prescrivez-leur du silence !

Cette phrase de Soren Kierkegaard prend aujourd’hui plus que jamais tout son sens.

Tal Ben-Shahar, professeur de psychologie positive à Harvard (et que je vais rencontrer cette semaine !) recommande dans son dernier ouvrage  d’éliminer un peu de bruit de notre vie, de faire plus de place au silence.

Un conseil simple qu’il est plus que temps de suivre !

Le silence crée de l’espace, donne de la place aux personnes et aux choses, permet aux situations d’éclore, aux paroles de résonner…

Or aujourd’hui nous voulons absolument tout remplir, nos agendas, nos ordinateurs, notre vie… qu’il n’y ait plus un espace de libre pour l’ennui, pour la solitude, pour le silence…

Quand j’étais jeune enfant, dans le Périgord noir, nous allions de temps en temps dîner chez nos voisins paysans, Louise, Henri et Albin. À la fin de la soirée, tous trois allaient s’installer dans le “cantou”, cette large place aménagée dans la grande cheminée, qui permettait de s’asseoir de part et d’autre du feu de bois. Et là ils se taisaient, après une longue journée de travail, assis sur leurs petites chaises paillées, ils se taisaient, regardaient leur chien, riaient intérieurement au souvenir d’un moment particulier. Et moi je restais à côté d’eux, en silence, à goûter leur douce et paisible présence, bercée par la chaleur des flammes. Nous n’aurions jamais pensé leur reprocher ce moment de répit qu’ils s’accordaient chaque soir, ce moment de retrouvailles avec eux-mêmes. En occitan le terme cantóu désigne “le coin du feu” (contóu del fioc) mais aussi le “cœur de la famille” et le “chez-soi”. Pratiquer la méditation, c’est parfois pour moi retrouver ce “cantou”, ce cœur, et, de nouveau, ne plus avoir peur de l’ennui.*

*Extrait de La méditation de la bienveillance, paru aux éditions Leduc.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.