Méditer pour vivre plus pleinement

Il n’y a qu’un seul monde, le monde qui se presse contre vous en cette minute même. Il n’y a qu’une seule minute pour être en vie, cette minute, ici et maintenant. La seule façon de vivre, c’est d’accepter chaque minute comme un miracle qui ne se répétera plus.

Storm Jameson

 

Hier soir j’ai fait une lessive et ce matin le linge était sec et prêt à être plié.

Je commence à le plier…. Je n’aime pas du tout plier le linge. Je trouve que ça ne va pas assez vite, c’est fastidieux.

Au bout d’un moment, je me rends compte de cela, que je plie le linge en voulant être ailleurs, en voulant faire autre chose, en finir au plus vite…

J’étais précisément en train de ranger un pull appartenant à mon fils. D’un seul coup, en regardant le pull, je réalise combien j’aime mon fils, combien je suis heureuse qu’il existe. J’ai senti très fort mon lien d’amour à lui, juste en pliant son pull avec soin et en pleine présence ! J’ai rangé le reste de lessive dans ce nouvel état d’esprit, en étant là à ce que je faisais, et ce n’était plus ennuyeux du tout. Au contraire, c’est devenu une occasion d’apprécier le soin que je porte à ma famille, à mes enfants.

Synchroniser corps-esprit

Au fond qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai synchronisé mon corps et mon esprit.

La méditation nous apprend à ré-harmoniser ce qui dans la vie quotidienne est si souvent désaccordé.

Au lieu de traîner notre corps comme on porterait un vêtement sur un cintre (l’expression est de Chögyam Trungpa) nous investissons pleinement notre présence corporelle. Quand nous synchronisons corps et esprit « nous retrouvons un lien avec l’immédiateté de la réalité, ajoute Chögyam Trungpa, nous pouvons avancer sans détruire la simplicité, sans détruire notre lien à la terre. »

Méditer nous apprend séance après séance à être en cohésion avec les choses, avec les situations. Nous pouvons alors entendre le monde. Rien de sorcier, nous accordons esprit et corps sur la même note et nous retrouvons la fraîcheur de quotidien. Nous découvrons que le présent est toujours beaucoup plus vaste que toutes les idées que nous pouvons avoir sur lui.

Apprendre à habiter son corps

Le travail de toute une vie est d’apprendre à s’incarner

dit Fabrice Midal quand il parle de la spiritualité. Apprendre à s’incarner c’est apprendre à habiter notre corps, pleinement.

La spiritualité n’est pas cachée dans un ailleurs rêvé et inaccessible – elle est présente à chaque fois que nous sommes pleinement là, c’est-à-dire pleinement humain.

Chaque moment peut être plein, vivant, réel, vif. Et quand la vie se rappelle à nous, non seulement on peut l’apprécier mais aussi s’engager plus avant en elle, être encore un peu plus présent. Toujours un peu plus.

Partager
  • 193
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    194
    Partages

This Post Has 2 Comments

  1. maxime Répondre

    l’anecdote de la lessive me parle réellement. d’autant plus que j’ai fait moi même une expérience similaire, sauf que la prise de conscience corps/esprit c’est fait au moment d’étendre le linge :).

    et effectivement celas m’arrive de plus en plus souvent depuis que je pratique la méditation de pleine conscience :).

    merci pour ce belle article 🙂

    • Marie-Laurence Cattoire Répondre

      Merci beaucoup pour votre commentaire. En effet la pratique “assise” nous permet peu à peu de laisser infuser l’esprit de la méditation dans les gestes les plus ordinaires et quotidiens. Voilà ce que signifie Meditation et action ! Bon dimanche. Marie Laurence

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *